Publications

Monographie

 
Couv_Litterature_Inouie_21.jpg
logo FMS.jpg
CRCMP_Logo_Couleur_Horizontal_FondBlanc.png
Logo_DLLF_2020-2021.png
La Littérature inouïe :
Témoigner des camps dans l’après-guerre

Préface de Guido Furci
Presses universitaires de Rennes, 2022

Les survivants des camps nazis, dans leur grande majorité, n’ont été ni lus ni écoutés à l’époque de leur retour. Or de la centaine de récits de témoignage parus en France et en Italie au sortir de la Seconde Guerre mondiale, ceux que l’on connaît aujourd’hui se comptent probablement sur les doigts d’une main.

Cet ouvrage nous replonge dans la période de l’immédiat après-guerre pour redonner une voix à ces rescapés qui ont écrit leurs souvenirs à chaud sous le coup d’une irrépressible pulsion de témoigner. Allant au-delà d’une simple constatation de l’indicible apparenté trop souvent à l’«impossibilité de dire», l’on découvre ainsi une multiplicité remarquable de techniques linguistiques et littéraires mises en œuvre par les survivants pour transmettre une part de leur vécu concentrationnaire à leurs lecteurs.

Il s’agit d’une étude essentielle sur les divers moyens d’expression d’une expérience de l’extrême, alors que nous entrons, au XXIe siècle, dans une nouvelle ère de bouleversements politiques.

Compte rendu par Brigitte Stepanov, Holocaust and Genocide Studies, mis en ligne le 4 novembre 2022 [en anglais].

Articles de revues avec comité de lecture

 
« Le commentaire de Jean Cayrol pour Nuit et Brouillard d’Alain Resnais : Au confluent du témoignage et de l’intermédialité »
Revue Intermédialités, no 36,  automne 2020

Cet article se consacre à l’apport du poète et résistant déporté Jean Cayrol au documentaire Nuit et Brouillard (1956) d’Alain Resnais en croisant les approches littéraire, testimoniale et intermédiale. S’inspirant de ce film classique comme étude de cas, l’enjeu principal de cette contribution consiste à examiner l’interaction entre texte et images de manière à interroger, à travers leur médium respectif ou par le fait de leur combinaison, les possibilités ainsi que les limites de l’expérience communicative de l’extrême.

Couverture-Intermedialites-36_2.png
« Mémoire musicale et réappropriation orale à Ravensbrück : Présentation d’une base de données intermédiale sur Le Verfügbar aux Enfers de Germaine Tillion »
Co-écrit avec Rémy Besson
Revue Intermédialités, no 36, automne 2020

À Ravensbrück à l’automne 1944, cachée dans une caisse d’emballage, l’ethnologue Germaine Tillion (1907–2008) écrivait une « opérette-revue » qui détournait des mélodies de l’époque afin d’aider ses codétenues à résister par le rire. À partir de cette oeuvre fondamentalement intermédiale, est-il possible d’analyser les processus de remémoration musicale et de résistance par le chant dans la création issue des camps de concentration? Il s’agit du mandat que s’est donné le projet de recherche interdisciplinaire « Mémoire musicale et résistance dans les camps. Autour de l’opérette-revue Le Verfügbar aux Enfers de Germaine Tillion ». Après une brève explication de ce que constitue cet objet étonnant qu’est Le Verfügbar aux Enfers, cette contribution indique les résultats du travail de l’équipe de recherche, puis effectue un compte rendu des deux publications collectives qui en ont découlé. Elle s’attache enfin à présenter les enjeux médiatiques entourant la dernière phase du projet de recherche, une base de données et une exposition virtuelle permettant aux usagers de consulter, d’écouter et de visionner les sources musicales de l’opérette-revue — au contraire des publications au format papier.

Couverture-Intermedialites-36_2.png
Couv_OICRM_vol_3_2.jpg
« L’intertextualité dans Le Verfügbar aux Enfers et d’autres témoignages concentrationnaires. Une comparaison entre les périodes d’incarcération et d’après-guerre »
Revue musicale OICRM, vol. 3,
no 2, 2016

Le Verfügbar aux Enfers de Germaine Tillion ne laisse pas de surprendre, à la fois par son contexte de rédaction que par son contenu. Si les citations musicales sont évidentes dans cette œuvre, la présence d’un intertexte littéraire est également perceptible et mérite d’être approfondie. Or, afin de bien mesurer le caractère particulier du Verfügbar aux Enfers, une analyse comparative s’avère nécessaire. Cet article se propose de se pencher sur l’intertextualité dans les textes concentrationnaires rédigés pendant deux périodes distinctes, l’époque de l’incarcération et celle de l’après-guerre. Cette contribution s’attache d’abord à une différence fondamentale entre ces deux périodes, celle de l’identité du lecteur. Il s’agira ensuite de s’interroger sur la manière dont cette caractéristique influence les procédés intertextuels utilisés dans les textes, opérant ainsi des transformations importantes d’une période de rédaction à l’autre.

« Transmission and Actualization of Memory in Nazi Camp Testimonies: The Role of the Reader »
The Lincoln Humanities Journal, vol. 3, 2015

This year, 2015, marks the 70th anniversary of the end of World War II. Now seven decades in the past, this war, and everything about it, is slowly settling into History. Today, we approach the subject from a different perspective than in 1945. Do people today believe that the lessons that we thought had been learned from World War II still concern us? Can we still approach the subject of the Nazi concentration and extermination camps and absorb a profoundly human lesson? Can we still understand and relate to the people behind the testimonies even though they belong to another era? I believe we can, and that is why the reader of the Nazi camp testimonies has a very important task. This article will address two aspects of the role concentration camp testimonies can play today. The first part will focus on selected elements revealed by those testimonies. The second part will examine the reader’s role today.

Screenshot Humanities Journal 2021-10-16 132646.png

Articles de journaux

 
le-devoir-754x500.jpg
« Chava Rosenfarb et la littérature montréalaise »
Le Devoir, « Page Idées »,
20 août 2022

Article portant sur l'une des plus grandes écrivaines de Montréal, Chava Rosenfarb, et s'interrogeant sur cette question cruciale : pourquoi une écrivaine de cette trempe est-elle ainsi ignorée?

le-devoir-754x500.jpg
« Le legs de Primo Levi, 30 ans plus tard »
Le Devoir, « Page Idées »,
11 avril 2017

Article commémorant le 30e anniversaire de la mort de l'écrivain italien et survivant d'Auschwitz, Primo Levi.

le-devoir-754x500.jpg
« Quand l’extrême rappelle l’utilité de la littérature »
Le Devoir, « Page Idées »,
27 janvier 2015

En ce 27 janvier, Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, qui marque également cette année le 70e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz par l’Armée rouge, et compte tenu du contexte québécois et canadien des compressions en culture, je me propose ici de faire coïncider ces deux sujets qui pourraient, de prime abord, sembler incompatibles.